Le réchauffement climatique - Mythe ou réalité?

 

ÉCOLOGIE LIBERALE se propose d'entreprendre une réflexion sur le réchauffement climatique. Il convient de séparer cette réflexion en trois phases : l'une sur les données scientifiques, la deuxième sur les prévisions et la troisième sur les conclusions à en tirer. Si nous nous permettons de revenir sur les données scientifiques, c'est qu'il est primordial de bien comprendre ce qui nous attend pour mieux cibler notre action politique.

Les données scientifiques
Au cours des 140 dernières années, la température moyenne à la surface de la planète a augmenté de 0,5 à 0,7°C. La dernière décennie du siècle (1990-2000) a été la plus chaude depuis 1000 ans. Ces chiffres ne paraissent pas dramatiques au premier abord. Mais lorsqu'on sait que lors de la dernière glaciation, il y a 18'000 ans, la température était seulement de 4 à 5°C inférieure à la température actuelle, on comprend mieux qu'un changement de température apparemment infime mène à de profonds bouleversements climatiques à l'échelle planétaire. A titre d'exemple, l'augmentation de température constatée depuis la deuxième guerre mondiale a engendré une diminution de la banquise arctique de plus de 40%.

En parallèle, on observe que le CO2 a augmenté de 30% en 250 ans et le méthane de 140%!
En 2001, dans un troisième rapport (Third assessment Report, Summary for Policymarkers), les experts mondiaux du GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) ont révélé que le niveau de concentration en CO2 n'a très vraisemblablement jamais été aussi important depuis 20 millions d'années et que de nombreux autres gaz à effet de serre ont atteint un niveau sans équivalent connu.

Si la Terre, il y a quelques millions d'années, a connu des concentrations de gaz à effet de serre plus élevées qu'aujourd'hui, le climat était également totalement différent du nôtre. Mais personne ne sait si l'Homme aurait pu survivre à un tel climat, le premier Homo sapiens étant apparu il y a seulement 250'000 ans et l'Homme de Cro-Magnon, notre ancêtre direct, il y a tout juste 50'000 ans. Et c'est bien là le problème : quoi qu'il arrive avec le réchauffement climatique, la Terre s'en remettra. Mais nous, allons-nous y survivre?

Que va-t-il se passer ?
Les scientifiques estiment que la Terre va se réchauffer de 1 à 5°C au cours du 21e siècle, atteignant ainsi son seuil le plus chaud depuis 135'000 ans. Mais deux nouvelles études indépendantes de l'ONU concluaient en avril 2002 que le réchauffement climatique avait vraisemblablement été sous-estimé et se situerait plutôt entre 5,8 et 6,9°C vers 2100. Cela pourrait impliquer le retour du paludisme dans des régions comme l'Europe. Les 95% des glaciers alpins sont appelés à disparaître d'ici 100 ans.
Le réchauffement climatique s'accompagne également de phénomènes météorologiques extrêmes. Depuis 1998, nous avons pu observer une recrudescence de catastrophes climatiques dans le monde, parmi lesquelles: inondations en Chine et au Moyen-Orient; gigantesques incendies en Indonésie, au Brésil et en Australie; cyclones en Amérique centrale; sécheresses en Mongolie et au Texas; tempêtes en Europe (Lothar, Martin,…).

Le réchauffement des océans va, lui, s'accompagner d'un nombre plus important de cyclones et de tornades. Il suffit d'ailleurs de considérer ce qui s'est passé en 2004 : pas moins de cinq cyclones et tempêtes tropicales se sont succédé en à peine deux mois (Charly, Frances, Gaston, Yvan, Jane).

En Suisse:
Il y a quelques années, la perspective d'un climat plus méditerranéen réjouissait beaucoup de gens, qui s'imaginaient sous les parasols au bord de la Grande Bleue…
Un climat plus méditerranéen, cela signifie des étés plus chauds et plus secs et des hivers plus pluvieux. Concrètement, cela signifie que la limite des chutes de neige est en train de monter, condamnant déjà la pratique des sports de glisse dans certaines de nos stations de moyenne altitude (1000 m). En revanche, au-dessus, il va neiger davantage, provoquant un risque accru d'avalanches. Quant au recul des glaciers, il pourrait avoir une incidence sur l'écoulement de l'eau dans les rivières et, à long terme, sur le remplissage des barrages, donc sur notre approvisionnement en énergie hydraulique.

Actuellement, à une certaine altitude, aux environs de 3000 m, mais aussi beaucoup plus bas dans des zones constamment à l'ombre, le sol est gelé en permanence. C'est ce qu'on appelle le pergélisol (ou permafrost en anglais), qui garantit la stabilité du sol. Avec le réchauffement, le sol a tendance à se dégeler et sa cohésion n'est plus assurée. On peut donc s'attendre à des glissements de terrain ainsi qu'à des coulées de boue et de lave torrentielle (par exemple à Gondo).

Quels sont ces gaz à effet de serre qui nous posent problème ?

CO2, méthane, protoxyde d'azote, ozone, dioxyde de souffre, CFC, HFC, PFC, SF6, HFE

Tous ces gaz sont responsables à des degrés divers de l'effet de serre. Ils n'ont pas tous la même durée de vie dans l'atmosphère : le CO2 a une durée de vie d'environ 200 ans alors que le groupe des PFC peut aller jusqu'à 50'000 ans, avec un pouvoir de réchauffement 9'000 fois supérieur à celui du CO2. De ce fait, nos efforts ne doivent pas se focaliser uniquement sur le gaz carbonique, mais ils doivent également prendre en compte les autres gaz.

On produit chaque année 7 milliards de tonnes de CO2, alors que le système terrestre ne peut en absorber que 4 milliards. Pour arriver au taux des années 1950 et donc à un certain équilibre, il faudrait réduire nos émissions actuelles de moitié.

Protocole de Kyoto
En 1992, une première convention sur les changements climatiques a été adoptée à New York. Ce texte précisait que "…l'absence de certitude scientifique absolue ne doit pas servir de prétexte pour différer l'adoption de mesures de précaution pour prévoir, prévenir ou atténuer les causes des changements climatiques et en limiter les effets néfastes".
Plus de 124 pays ont signés le protocole de Kyoto, qui stipule :

D'ici 2008, les pays signataires devront revenir au niveau d'émissions de gaz à effet de serre de 1990 et les réduire encore de 5% dans la période 2008-2012.

La Suisse et l'Europe se sont engagées à abaisser, entre 2008 et 2012, les émissions de 6 gaz à effet de serre de 8% par rapport à la situation de 1990. Si ces objectifs ne sont pas atteints, la Suisse instaurera une taxe sur le CO2, au plus tôt en 2004. Cette redevance s'élèvera au maximum à 50 centimes par litre de carburant. L'intégralité de son produit sera reversée aux citoyens et à l'économie.

Conclusion
M. Rudolf Kellenberger, membre du comité exécutif de la Suisse de Réassurances, résume très bien la situation dans la brochure "Climat et risques":
«…Plus le climat subit des modifications rapides et en profondeur, plus nous courrons le risque de voir des situations météorologiques extrêmes s'accompagner de dommages inassurables, ne pouvant plus être pris en charge ni par les assureurs privés, ni par les fonds d'indemnisation publics. Dommages qui ne constituent plus un danger pour des citoyens isolés, des familles ou des entreprises, mais qui mettent en péril des villes, des pans de l'économie et qui, d'une manière globale, menacent l'existence d'Etats et de sociétés tout entiers. Bref, ces dommages, mieux vaut ne pas en courir le risque parce qu'ils ne sont plus maîtrisables. La publication de "Climat et risques", de la Suisse Réassurances, ne manquera pas de semer le trouble. Or le calme qui règne encore ne serait-il pas le calme avant la tempête?»

Le changement climatique n'appartient pas à l'avenir, il concerne le présent. C'est maintenant qu'il faut agir ! Le fait de persister dans l'attente ne va pas réduire l'incertitude. Tandis que les dommages potentiels vont, eux, augmenter à coup sûr. Et lorsque nous serons sûrs de ce qui peut arriver, ce sera déjà trop tard.

ÉCOLOGIE LIBERALE se veut responsable et c'est pourquoi nous soutenons des solutions concrètes comme l'introduction de la taxe sur le CO2 et du centime climatique. Nous militons aussi pour une responsabilisation des citoyens. Chacun peut agir, que ce soit dans ses déplacements, à son domicile ou sur sa place de travail. Pourquoi ne pas choisir une voiture adaptée réellement à ses besoins quotidiens plutôt que de déplacer 2,5 tonnes de carrosserie pour une ou deux personnes ? Faut-il réellement aller chercher son pain en voiture le dimanche matin ? Ne pourrions-nous pas prendre un bon bol d'air en y allant à pied ? Nous pouvons également consommer des produits suisses : non seulement nous revaloriserions nos propres productions, mais nous polluerions moins. Nos carottes suisses sont-elles moins bonnes que les carottes d'Afrique du sud ? Renonçons-nous vraiment à notre confort en consommant intelligemment ?

ÉCOLOGIE LIBERALE veut encore croire à la responsabilisation individuelle des citoyens dans leur mode de consommation, pour éviter d'en arriver aux seules mesures de contraintes.

Bibliographie
La météorologie, Derek Elsom, 2000
Climat et risques, Suisse de Réassurances, 1994
Atlas mondial du développement durable, Anne-Marie Sacquet, 2002
Le Monde diplomatique, Frédéric Durand, décembre 2002
Environnement: les changements climatiques, OFEFP, 2003